Actualités

Assemblée générale et colloque | 7 juillet 2016

J’ai le plaisir de vous convier à l’assemblée générale de notre association Bois des Alpes et au colloque,

« Construire avec du bois local, quels bénéfices pour le territoire et ses acteurs ? »

qui se tiendront le 7 juillet à 13h45 dans la Drôme, à Beaumont-lès-Valence.

Cette année le colloque Bois des Alpes fait la preuve par 4 d’une démarche gagnant-gagnant.

La réussite de nos actions locales en faveur de la construction bois demande en effet de changer notre posture.

Alors, croyons en nos richesses locales, changeons nos habitudes, rassemblons le trio décisionnel et quantifions ensemble ce que nous avons à gagner.

Le déroulé du colloque dont vous trouverez le programme en pièces jointes, fournira plusieurs pistes chiffrées utiles pour impulser un nouveau tempo propice à tous.

Daniel Bignon, président.

 

 

 

Pourquoi et comment construire en bois certifié BOIS DES ALPES | 22 avril

Lire le programme..

Pourquoi et comment construire en bois certifié BOIS DES ALPESTM

Vendredi 22 avril 2016 | 9h00  – 16h00
Lycée Professionnel Alpes et Durance à Embrun

Journée d’information et d’échanges pour les élus maîtres d’ouvrage et les maîtres d’oeuvre

 

Cette journée s’inscrit dans la continuité des assises de la filière bois des Hautes-Alpes qui se sont tenues le 20 janvier dernier. Ces assises initiées par M. le Préfet des Hautes-Alpes et co-organisées avec le Président du Département des Hautes-Alpes ont pour objectif de conduire une action collective en faveur des professionnels du bois et de la forêt. Plusieurs groupes de travail thématiques fédérant entreprises, associations et institutionnels ont créé des synergies constructives autour de la valorisation de la ressource locale et de l’emploi.

Dans cette volonté de dynamiser la filière bois locale, une première action vous est proposée au côté de structures partenaires pour encourager le développement de la construction et de la réhabilitation en utilisant la certification BOIS DES ALPESTM.

Dédiée aux collectivités locales et aux maîtres d’œuvre, cette journée d’information apporte les clefs et les garanties pour construire durablement avec le bois du massif alpin.

Lire le programme

 


Forum bois construction : 2 temps forts pour Bois des Alpes | 13-15 avril

 

Programme

 

Bois des Alpes au premier rang du collège de Beaumont-les-Valence

Le projet scolaire construit en bois de Beaumont-les-Valence imaginé par Chabal Architectes attire son attention par la volonté de faire appel à la ressource locale. La garantie est assurée par la fourniture de produits certifiés BOIS DES ALPES.

Ainsi, ce ne sont pas moins de quatre entreprises certifiées de la filière bois alpine,  (les charpentiers SDCC et Traversier, les scieurs Blanc et Eymard et le lamelliste Colladello), qui interviennent sur le chantier du collège.

Les premiers visuels des panneaux bois.

 

Prix départemental de la construction bois Isère

 

BOIS DES ALPES SE DISTINGUE

Le 30 octobre dernier se tenait dans le nouveau bâtiment de la Maison de territoire Voironnais Chartreuse, le prix départemental de la construction bois de l’Isère anciennement appelé « Trophées Bois ». L’occasion de rappeler les atouts pour un territoire de faire appel à la ressource locale et de mesurer la valeur ajoutée des bois certifiés BOIS DE ALPESTM.

C’est autour de Julien Polat, maire de Voiron, de Robert Duranton et Fabien Mulyk, respectivement vice-président et vice-président délégué à la filière bois du Département, et du président de l’interprofession Créabois, vice-président de l’association Bois des Alpes, Michel Cochet, que les lauréats ont été récompensés pour l’exemplarité des projets et la qualité de leur travail.

Pour départager les 23 bâtiments en course, le jury s’est basé sur plusieurs critères :

- la qualité architecturale,

- la performance environnementale et énergétique,

- l’intégration du projet dans son environnement et le contexte de sa mise en œuvre,

- l’utilisation et la mise en œuvre du bois avec un regard attentif sur l’origine des bois,

- la créativité,

- l’innovation.

Dans la catégorie « Bâtiments tertiaires et/ou maîtrise d’ouvrage privée », deux lauréats sont arrivés ex-aequo. La mairie de Saint-Quentin-Fallavier (138 dm3 de bois au m²), et la mairie de Saint-Honoré (195 dm3 de bois au m²) construite par des entreprises certifiées BOIS DES ALPES™ – Bruno Manca, charpentier, 38 – Scierie Blanc, 26.

Pour la catégorie « Logements collectif, groupé, individuel, neuf ou rénovation », c’est le hameau de Fournella à Corrençon-en-Vercors (191 dm3 de bois au m²) qui s’est vu récompensé.

Et pour la catégorie « Equipements publics : éducation, culture » c’est encore une fois deux bâtiments qui ont été primés. La médiathèque de La Côte-Saint-André (101 dm3 de bois au m²) et l’extension rénovation du collège du Grésivaudan à Saint-Ismier (522 dm3 de bois au m²).

Pour finir, une mention « Innovation du jury » a été attribuée aux classes modulaires du lycée de Pontcharra (148 dm3 de bois au m²).

Le premier bâtiment bois R+6 du Département intègre du bois certifié BOIS DES ALPESTM

Antenne de proximité du Conseil départemental de l’Isère, la Maison de territoire Voironnais Chartreuse se répartit sur 6 niveaux entre bureaux, services sociaux, amphithéâtre, cuisines, archives, et lieux de détente.

Conçue comme une grande maison, son principe de construction s’articule autour d’un noyau central en béton à forte inertie et les planchers et façades en bois massif, ne nécessitant que peu d’énergie fossile pour leur élaboration.

Les façades présentent une trame verticale formée par des poteaux en pierre, et par la trame de l’enveloppe bois. Une partie inclinée mobile, située à hauteur d’œil dans les bureaux, donne un autre rythme. Le rôle de cette peau en bois est multiple. Elle ordonne une unité architecturale, elle apporte une lumière naturelle de qualité grâce à son rôle de filtre et garantit une protection solaire efficace en contrôlant les apports sur les baies vitrées.

La structure, en partie en bois local, a mobilisé près de 150m3 de bois certifié BOIS DES ALPES™ ; de l’épicéa en provenance des massifs du Vercors et de Belledonne, scié par les entreprises Blanc et Bois du Dauphiné, et mis en œuvre par l’entreprise de charpente SDCC, toutes certifiées. Preuve supplémentaire de la qualité des bois alpins certifiés et de leur capacité à répondre aux projets les plus innovants.

Au delà du concours, la sensibilisation à la construction bois

La visite de la Maison du territoire a donné le « LA » aux débats organisés autour de la valorisation de la ressource locale, ponctuant la remise des trophées. Elus, maîtrises d’ouvrage, maîtrises d’œuvre et entreprises ont échangé sur les bénéfices environnementaux et économiques que la construction bois apporte aux territoires. Certains ont témoigné de leur engagement dans la démarche de certification BOIS DES ALPESTM ;  ont rappelé la possibilité d’inscrire la certification dans les marchés publics, sans que cela ne soit opposable ; et enfin, confirmé les atouts qu’elle offre au regard de son organisation et de ses caractéristiques pour répondre aux défis de nos sociétés.

 

Le 30 octobre dernier se tenait dans le nouveau bâtiment de la Maison de Territoire Voironnais Chartreuse, le prix départemental de la construction bois de l’Isère anciennement appelé « Trophées Bois ». L’occasion de rappeler les atouts pour un territoire de faire appel à la ressource locale et de mesurer la valeur ajoutée des bois certifiés BOIS DE ALPESTM.

C’est autour des vice-présidents du Département, Julien Polat, Robert Duranton et Fabien Mulik, et du président de l’interprofession Créabois, administrateur de l’association Bois des Alpes, Michel Cochet que les lauréats ont été récompensés pour l’exemplarité des projets et la qualité de leur travail.

Pour départager les 23 bâtiments en course, le jury s’est basé sur plusieurs critères :

- la qualité architecturale,

- la performance environnementale et énergétique,

- l’intégration du projet dans son environnement et le contexte de sa mise en œuvre,

- l’utilisation et la mise en œuvre du bois avec un regard attentif sur l’origine des bois,

- la créativité,

- l’innovation.

Dans la catégorie « Bâtiments tertiaires et/ou maîtrise d’ouvrage privée », deux lauréats sont arrivés ex-aequo. La mairie de Saint-Quentin-Fallavier (138 dm3 de bois au m²) et la mairie de Saint-Honoré (195 dm3 de bois au m²) construite par des entreprises certifiées BOIS DES ALPES™. Déjà très engagée sur les questions forestières dans la Charte Forestière de territoire Sud Isère, la municipalité a souhaité appliquer ses convictions dans la construction de sa nouvelle mairie, en faisant appel aux ressources du territoire. Cela s’est traduit par le choix d’entreprises certifiées « BOIS DES ALPES » afin d’utiliser du bois local, et le recours au chanvre, matériau biosourcé fabriqué localement, le tout pour diminuer l’impact énergie grise de la construction

Dans la catégorie « Bâtiments tertiaires et/ou maîtrise d’ouvrage privée », deux lauréats sont arrivés ex-aequo. La mairie de Saint-Quentin-Fallavier (138 dm3 de bois au m²) et la mairie de Saint-Honoré (195 dm3 de bois au m²) construite par des entreprises certifiées BOIS DES ALPES™ – Bruno Manca, charpentier, 38 – Scierie Blanc, 26.

Dans la catégorie « Bâtiments tertiaires et/ou maîtrise d’ouvrage privée », deux lauréats sont arrivés ex-aequo. La mairie de Saint-Quentin-Fallavier (138 dm3 de bois au m²) et la mairie de Saint-Honoré (195 dm3 de bois au m²). Déjà très engagée sur les questions forestières dans la Charte Forestière de territoire Sud Isère, la municipalité a souhaité appliquer ses convictions dans la construction de sa nouvelle mairie, en faisant appel aux ressources identifiées du territoire. Cela s’est traduit par le choix d’entreprises certifiées BOIS DES ALPES™ – Bruno Manca, charpentier, 38 – Scierie Blanc, 26 –  afin d’utiliser du bois local, et le recours au chanvre, matériau biosourcé fabriqué localement, le tout pour diminuer l’impact énergie grise de la construction.

Pour la catégorie « Logements collectif, groupé, individuel, neuf ou rénovation » c’est le hameau de Fournella à Corrençon-en-Vercors (191 dm3 de bois au m²) qui s’est vu récompensé.

Et pour la catégorie « Equipements publics : éducation, culture » c’est encore une fois deux bâtiments qui ont été primés. La médiathèque de La Côte-Saint-André (101 dm3 de bois au m²) et l’extension rénovation du collège du Grésivaudan à Saint-Ismier (522 dm3 de bois au m²).

Pour finir, une mention « Innovation du jury » a été attribuée aux classes modulaires du lycée de Pontcharra (148 dm3 de bois au m²).

Le premier bâtiment bois R+6 du Département intègre du bois certifié BOIS DES ALPESTM

Antenne de proximité du Conseil départemental de l’Isère, la Maison de Territoire Voironnais Chartreuse se répartit sur 6 niveaux entre bureaux, services sociaux, amphithéâtre, cuisines, archives, et lieux de détente. Conçue comme une grande maison, son principe de construction s’articule autour d’un noyau central en béton à forte inertie et les planchers et façades en bois massif ne nécessitant que peu d’énergie fossile pour leur élaboration. Les façades présentent une trame verticale formée par des poteaux en pierre, et par la trame de l’enveloppe bois. Une partie  inclinée mobile, située à hauteur d’œil dans les bureaux, apporte un autre rythme. Le rôle de cette peau en bois est  multiple. Elle ordonne une unité architecturale, elle apporte une lumière naturelle de qualité grâce à son rôle de filtre et garantit une protection solaire efficace en contrôlant les apports sur les baies vitrées.

La structure, en partie en bois local, a mobilisé près de 150m3 de bois certifié BOIS DES ALPES™ ; de l’épicéa en provenance des massifs du Vercors et de Belledonne, scié par les entreprises Blanc et Bois du Dauphiné, et mis en œuvre par l’entreprise de charpente SDCC, toutes certifiées. Preuve supplémentaire de la qualité des bois alpins certifiés et de la faisabilité, pour une collectivité, de construire  avec toutes les garanties.

Au delà du concours, la sensibilisation à la construction bois

La visite de la Maison du territoire a donné le « LA » aux débats organisés autour de la valorisation de la ressource locale, ponctuant la remise des trophées. Elus, maîtrises d’ouvrage et maîtrises d’œuvre, entreprises ont ainsi pu témoigner des atouts environnementaux et économiques que la construction bois peut apporter au territoire. Architecte et chefs d’entreprise ont appuyé leur engagement dans la démarche de certification BOIS DES ALPESTM.

Ils ont rappelé que cette démarche, par son organisation et ses caractéristiques  reste  inopposable si elle est inscrite dans les marchés publics, et qu’elle offre, de surcroit, à chaque territoire qui la souscrit, des atouts pour répondre aux défis de nos sociétés.

A noter dans les agendas l’inauguration de la Maison de Territoire Voironnais Chartreuse le 11 décembre prochain.PRIX DEPARTEMENTAL DE LA CONSTRUCTION BOIS ISERE

Le 30 octobre dernier se tenait dans le nouveau bâtiment de la Maison de Territoire Voironnais Chartreuse, le prix départemental de la construction bois de l’Isère anciennement appelé « Trophées Bois ». L’occasion de rappeler les atouts pour un territoire de faire appel à la ressource locale et de mesurer la valeur ajoutée des bois certifiés BOIS DE ALPESTM.

C’est autour des vice-présidents du Département, Julien Polat, Robert Duranton et Fabien Mulik, et du président de l’interprofession Créabois, administrateur de l’association Bois des Alpes, Michel Cochet que les lauréats ont été récompensés pour l’exemplarité des projets et la qualité de leur travail.

Pour départager les 23 bâtiments en course, le jury s’est basé sur plusieurs critères :

- la qualité architecturale,

- la performance environnementale et énergétique,

- l’intégration du projet dans son environnement et le contexte de sa mise en œuvre,

- l’utilisation et la mise en œuvre du bois avec un regard attentif sur l’origine des bois,

- la créativité,

- l’innovation.

Dans la catégorie « Bâtiments tertiaires et/ou maîtrise d’ouvrage privée », deux lauréats sont arrivés ex-aequo. La mairie de Saint-Quentin-Fallavier (138 dm3 de bois au m²) et la mairie de Saint-Honoré (195 dm3 de bois au m²) construite par des entreprises certifiées BOIS DES ALPES™. Déjà très engagée sur les questions forestières dans la Charte Forestière de territoire Sud Isère, la municipalité a souhaité appliquer ses convictions dans la construction de sa nouvelle mairie, en faisant appel aux ressources du territoire. Cela s’est traduit par le choix d’entreprises certifiées « BOIS DES ALPES » afin d’utiliser du bois local, et le recours au chanvre, matériau biosourcé fabriqué localement, le tout pour diminuer l’impact énergie grise de la construction

Dans la catégorie « Bâtiments tertiaires et/ou maîtrise d’ouvrage privée », deux lauréats sont arrivés ex-æquo. La mairie de Saint-Quentin-Fallavier (138 dm3 de bois au m²) et la mairie de Saint-Honoré (195 dm3 de bois au m²) construite par des entreprises certifiées BOIS DES ALPES™ – Bruno Manca, charpentier, 38 – Scierie Blanc, 26.

Dans la catégorie « Bâtiments tertiaires et/ou maîtrise d’ouvrage privée », deux lauréats sont arrivés ex-æquo. La mairie de Saint-Quentin-Fallavier (138 dm3 de bois au m²) et la mairie de Saint-Honoré (195 dm3 de bois au m²). Déjà très engagée sur les questions forestières dans la Charte Forestière de territoire Sud Isère, la municipalité a souhaité appliquer ses convictions dans la construction de sa nouvelle mairie, en faisant appel aux ressources identifiées du territoire. Cela s’est traduit par le choix d’entreprises certifiées BOIS DES ALPES™ – Bruno Manca, charpentier, 38 – Scierie Blanc, 26 –  afin d’utiliser du bois local, et le recours au chanvre, matériau biosourcé fabriqué localement, le tout pour diminuer l’impact énergie grise de la construction.

Pour la catégorie « Logements collectif, groupé, individuel, neuf ou rénovation » c’est le hameau de Fournella à Corrençon-en-Vercors (191 dm3 de bois au m²) qui s’est vu récompensé.

Et pour la catégorie « Equipements publics : éducation, culture » c’est encore une fois deux bâtiments qui ont été primés. La médiathèque de La Côte-Saint-André (101 dm3 de bois au m²) et l’extension rénovation du collège du Grésivaudan à Saint-Ismier (522 dm3 de bois au m²).

Pour finir, une mention « Innovation du jury » a été attribuée aux classes modulaires du lycée de Pontcharra (148 dm3 de bois au m²).

Le premier bâtiment bois R+6 du Département intègre du bois certifié BOIS DES ALPESTM

Antenne de proximité du Conseil départemental de l’Isère, la Maison de Territoire Voironnais Chartreuse se répartit sur 6 niveaux entre bureaux, services sociaux, amphithéâtre, cuisines, archives, et lieux de détente. Conçue comme une grande maison, son principe de construction s’articule autour d’un noyau central en béton à forte inertie et les planchers et façades en bois massif ne nécessitant que peu d’énergie fossile pour leur élaboration. Les façades présentent une trame verticale formée par des poteaux en pierre, et par la trame de l’enveloppe bois. Une partie  inclinée mobile, située à hauteur d’œil dans les bureaux, apporte un autre rythme. Le rôle de cette peau en bois est  multiple. Elle ordonne une unité architecturale, elle apporte une lumière naturelle de qualité grâce à son rôle de filtre et garantit une protection solaire efficace en contrôlant les apports sur les baies vitrées.

La structure, en partie en bois local, a mobilisé près de 150m3 de bois certifié BOIS DES ALPES™ ; de l’épicéa en provenance des massifs du Vercors et de Belledonne, scié par les entreprises Blanc et Bois du Dauphiné, et mis en œuvre par l’entreprise de charpente SDCC, toutes certifiées. Preuve supplémentaire de la qualité des bois alpins certifiés et de la faisabilité, pour une collectivité, de construire  avec toutes les garanties.

Au delà du concours, la sensibilisation à la construction bois

La visite de la Maison du territoire a donné le « LA » aux débats organisés autour de la valorisation de la ressource locale, ponctuant la remise des trophées. Elus, maîtrises d’ouvrage et maîtrises d’œuvre, entreprises ont ainsi pu témoigner des atouts environnementaux et économiques que la construction bois peut apporter au territoire. Architecte et chefs d’entreprise ont appuyé leur engagement dans la démarche de certification BOIS DES ALPESTM.

Ils ont rappelé que cette démarche, par son organisation et ses caractéristiques  reste  inopposable si elle est inscrite dans les marchés publics, et qu’elle offre, de surcroit, à chaque territoire qui la souscrit, des atouts pour répondre aux défis de nos sociétés.

A noter dans les agendas l’inauguration de la Maison de Territoire Voironnais Chartreuse le 11 décembre prochain

Le nouvel espace d’animation intercommunal de Saint-Michel-sur-Savasse inauguré

 

BOIS DES ALPES S’INVITE A SAINT-MICHEL-SUR-SAVASSE

Près de 200 personnes et de nombreux élus s’étaient déplacés samedi 17 octobre pour l’inauguration de l’espace d’animation intercommunal de Bagnol. Plusieurs décennies ont été nécessaires pour faire aboutir ce projet piloté dans sa phase décisive par Daniel Bignon, président du SIVU de Bagnol, maire de Montmiral et président de l’association Bois des Alpes. Ce beau bâtiment bois qui réussit la prouesse de regarder vers les deux communes du SIVU, Saint-Michel-sur-Savasse au sud, Montmiral au nord raconte aussi l’histoire d’une volonté : celle de jouer la carte du local.

Le soleil venait juste de chasser les brumes automnales lorsque la cérémonie d’inauguration de l’espace d’animation intercommunal de Bagnol débuta. Un bâtiment en bois, chaleureux tant par la manière dont il grignote la nature environnante avec ses larges baies vitrées, que par ses ambiances intérieures couleur de miel. Ils étaient venus nombreux, empressés de découvrir l’espace qui allait désormais les accueillir dans leurs différentes activités.

Daniel Bignon orchestra cette cérémonie avec brio entourés de ses amis et confrères élus. Très impliqué dans la filière bois, rappelons qu’il occupe le mandat de président de l’association Bois des Alpes et de l’association des Communes forestières drômoises, c’est tout naturellement qu’il a montré combien il était important, pour tous, de croire dans les capacités locales ; que ce soient celles des hommes ou celles des ressources.

Fort d’avoir compris que l’appropriation du bâtiment par ses usagers serait acquise dès lors que le bois pouvait raconter un peu l’histoire de celui-ci ou de celui-là, en sa qualité nouvelle de maître d’ouvrage, Daniel Bignon a souhaité que ce bâtiment puisse faire appel à la ressource locale via la démarche de certification BOIS DES ALPES™. Et bien que le projet initial ne le prévoyait pas il n’a pas hésité à y recourir – et en toute légalité face aux codes des marchés publics – d’autant que l’entreprise sélectionnée était déjà certifiée BOIS DES ALPES™. La certification lui en a donné les moyens sur un plan juridique ; lui a fourni toutes les garanties, tant sur l’origine des bois, ses qualités mécaniques, sa transformation locale, que sur le respect des normes.

Ce sont ainsi 80 m3 de bois, sapin, épicéa et douglas qui ont été mis en œuvre. La charpente est composée de poutres porteuses en lamellé-collé supports de pannes et chevrons. La façade sud présente une structure bois suivant une conception poteau poutre. Le recours à la certification BOIS DES ALPESTM a permis de travailler avec des entreprises toutes situées dans un rayon de 50 km du projet. Et pour Daniel Bignon de citer : « construire en BOIS DES ALPES, c’est une réflexion, une chaîne de valeurs que l’on met en mouvement : organiser des circuits courts, faire fructifier des gisements d’emplois, offrir aux entreprises de nouvelles perspectives de marché et de rentabilité, devenir vertueux sur le plan énergétique. »

Par ailleurs, très concernée par les aspects sociaux économiques de son territoire la maîtrise d’ouvrage a intégré des clauses sociales dans ses marchés. Les entreprises ont répondu spontanément en accordant du temps de travail, près de 800 heures, à des personnes en insertion.

Après les plateaux pédagogiques de Néopolis à Alixan et le centre de vacances La Fontaine d’Annibal à Buis-les-Baronnies, l’espace d’animation intercommunal du Bagnol est le troisième bâtiment inauguré sur le territoire de la Drôme à faire appel aux produits bois certifiés BOIS DES ALPESTM.

Il vient d’intégrer le réseau de bâtiments pilotes en BOIS DES ALPESTM qui capitalise les expériences des premières constructions pour apporter un éclairage technique et financier indispensable à tout nouveau projet.

 

Un ouvrage d’art en Bois des Alpes

Mercredi 23 septembre, Chambéry métropole a organisé, une manifestation à l’occasion de la pose des poutres - réalisé en bois certifié BOIS DES ALPES  - du pont du nouvel écoquartier de Villeneuve/Cognin.

De nombreux élus et acteurs du projet se sont déplacés malgré une météo capricieuse.

La réalisation de ce pont est un moment fort de l’évolution de la certification BOIS DES ALPES puisqu’il s’agit d’un ouvrage innovant qui fera référence dans la construction bois de structures porteuses.

Cet ouvrage d’art est composé de trois travées pour une longueur totale de 40 mètres. Le tablier est constitué de poutres bois en lamellé collé douglas (provenant des forêts des Bauges et du Vercors) mises en œuvre par les entreprises certifiées Pierrefeu (07), Colladello (26), scierie Blanc (26), scierie Eymard (38).

Le transport des différents éléments s’est déroulé sur trois jours par convois exceptionnels.

Tout savoir sur cet ouvrage d’art !

 

St Véran, le pays où les coqs picorent les étoiles

L’inauguration de l’observatoire de St-Véran a eu lieu ce lundi 3 août, en présence d’un large public qui, pour cette occasion, n’a pas hésité à gravir, (certains élus aussi), les 900 mètres qui le séparaient du cœur du village, sous les rayons ardents du soleil.

Considérée comme le meilleur site astronomique d’Europe continentale, la station du Pic de Château-Renard, à 2936 mètres d’altitude renaît après un an de travaux de rénovation. Elle conforte avec la Maison du soleil dont la première pierre fut posée ce même jour,  la vocation de la commune dans le domaine de la culture scientifique.

Ce bâtiment est une belle vitrine de construction en Bois des Alpes dans des conditions extrêmes et tout particulièrement de la prouesse des entreprises qui ont su dérouler leur savoir faire dans un contexte très contraint.

Découvrez le projet, le site fabuleux où il touche le ciel, le soleil, les étoiles.

 

Une assemblée générale au sommet

Une conjonction d’événements a dessiné le fil rouge de cette assemblée générale. En donnant rendez-vous dans le massif des Ecrins, lieu emblématique des Alpes, l’association Bois des Alpes souhaitait prendre de la hauteur.

Le programme de la journée de ce 9 juillet 2015 fut intense. En matinée avait eu lieu sur la commune de La Grave, l’inauguration du refuge de l’Aigle dont la construction a mobilisé du bois certifié Bois des Alpes dans le cadre de la convention de partenariat avec la FFCAM (Fédération française des clubs alpins et de montagne).

Ensuite l’assemblée générale ouvrit ses portes à l’hôtel des Glaciers, au col du Lautaret, à 2058 mètres d’altitude.

La partie statutaire animée par le président du conseil d’administration Daniel BIGNON a, dans un premier temps, présenté les différents rapports, validés et votés, avant de procéder à l’élection des nouveaux administrateurs.

 

Une cordée pour témoigner des enjeux

Suivit, la deuxième partie, placée sous le signe des synergies mises en place autour de la certification Bois des Alpes. Ainsi la thématique « La valorisation de la ressource locale bois est l’affaire de tous » a donné l’occasion à 13 hommes et femmes de témoigner des partenariats avec Bois des Alpes, des effets positifs produits sur notre économie, notre environnement, nos sociétés ; de l’importance de conjuguer les actions coordonnées sur le massif alpin. Chefs d’entreprises, enseignants, élus, acteurs économiques, architectes, scientifiques sont entrés avec enthousiaste et conviction dans une cordée, simulée pour l’occasion, mais qui n’en avait pas pour autant perdu son sens et sa force.

Nouvellement élu conseiller départemental et président du CAUE des Hautes Alpes, Arnaud MURGIA ouvrit la marche en tant que 1er de cordée se déclarant « en faveur de la promotion du bois local et des circuits courts » tout en manifestant son souhait de « voir notre territoire devenir exemplaire en matière de promotion du bois local ». Il a invité chacun à rejoindre cette démarche, à faire preuve d’engagement et d’ambition avec comme mot d’ordre « construire du lien ».

Roger VILLIEN, président de l’Union régionale Cofor Rhône Alpes lui emboita le pas. Son propos fut centré sur la nécessité d’une dynamique de politiques territoriales ; il en profita pour rappeler les grandes lignes de la restitution des analyses effectuées par le réseau de bâtiments pilotes construits en Bois des Alpes animé par les Commune forestières : une faisabilité quel que soit le profil des projets, sans pour autant en augmenter le coût de construction.

Les femmes et hommes de cordée se succédèrent avec des interventions pertinentes, brèves et efficaces pour raconter un peu de leur histoire ; pourquoi ils se sentent responsables, comment à leur niveau ils agissent, individuellement ou collectivement pour le bien commun.

Ce fut le cas avec Claire BOUCHET, conseillée régionale PACA, 13, avec « Valoriser le patrimoine », Jean-Claude DOU, président des Cofor 05, « Rapprochement, échanges et partage », Marc CHARRIEAU, professeur au LP Embrun, 05, « Allier pédagogie et professionnalisme », Jean-Gabriel VALAY, directeur de la Station alpine Joseph Fourrier, 38, « Université, acteur du territoire »,  Laurent FABREGUE, directeur de Céribois « Accompagner pour faire évoluer »…

Jérôme VOUTIER, architecte pour Soléa Architectes, 05, « S’inscrire dans le développement durable », Dominique MOULIN, adjoint au maire à la mairie Guillestre, 05, « Donner une âme aux projets communaux »…

Eric HILAIRE, dirigeant de la Scierie Hilaire et Fils, 05, « Transmettre le bon sens », Christian HUBAUD, conseiller départemental, 05, « Une plus value incontestable », et Anne BAYROU, dirigeante des Chalets Bayrou, 05, « Une évidence ».

Georges ELZIERZE, président de la FFCAM amena la marche aux sommets en évoquant avec humilité et justesse, évoqua la nécessité d’être tous solidaires dans cette aventure humaine entreprise pour « valoriser au mieux notre ressource locale bois provenant de ces belles forêts qui nous donne de bien grand moments de vie, qu’ils soient ludiques, éducatifs ou de labeur ».

Et de faire appel, tout en essayant de développer les atouts de ce territoire et de mobiliser les forces vives, à l’intelligence collective et aux valeurs humanistes.

A l’issue de cette belle aventure qui laissa le public convaincu et sous le charme, deux conventions de partenariats furent signées.

 

Signature de convention


C’est Olivier CHAUMONTET, directeur des Communes forestières de Rhône-Alpes, qui présenta le cadre de la première convention avec CERIBOIS.

Bien connue des acteurs du bois, l’entreprise implantée à Alixan, dans la Drôme, est devenue un partenaire important de l’association Bois des Alpes. La convention signée lors de cette assemblée générale par Daniel BIGNON et Laurent FABREGUE, son directeur, scelle ce nouveau partenariat.

CERIBOIS prestataire technique de toutes les entreprises de la filière bois a plus particulièrement pour mission d’accompagner les entreprises, de leur simplifier la tâche dans la mise en place de certifications professionnelles par des prestations « clés en main » et les préparer ainsi aux audits de validation.

Le centre a mis en place des outils originaux conformément aux exigences imposées et les adapte de façon personnalisée en se rendant dans chaque entreprise.

Pour réaliser ces missions, CERIBOIS s’appuie sur la synergie d’une équipe composée d’ingénieurs et de techniciens spécialisés dans l’industrie du bois, et de différents intervenants consultants et experts indépendants.

Florian PORTIER anima la deuxième convention, celle engagée avec le Lycée professionnel Alpes et Durance, 05, représenté par Daniel CANZIANI, chef des travaux, dont l’objectif vise une sensibilisation au plus large de l‘utilisation du bois certifié Bois des Alpes.

Former aux fondamentaux de Bois des Alpes (certification, classement mécanique des bois alpins, sensibilisation aux bois locaux nouveaux réflexes, d’approvisionnement (scolaires et professeurs) ; faire évoluer le niveau des acquis, être en phase avec les réalités de l’entreprise ; utiliser le Bois des Alpes pour les travaux et chantiers ; prescrire du Bois des Alpes ; allier pédagogie et professionnalisme pour que « circuit court » devienne un paramètre important de l’avenir de leur planète, en sont les grandes lignes.

Dans la foulée, la suite de l’après midi offrit deux occasions de s’émerveiller, à quelques minutes de là, avec la visite de la galerie de l’Alpe et de son jardin botanique alpin, puis, en avant première, le film sur la construction du refuge de l’Aigle.

La galerie de l’Alpe et son jardin botanique

L’architecte du projet Jérôme VOUTIER engagea la visite guidée du bâtiment construit avec du Bois des Alpes, en compagnie de Jean-Gabriel VALAY, maître d’ouvrage pour l’Université Joseph Fourier de Grenoble et en présence des entreprises.

Espace d’accueil du public, salle de conférence, salle d’exposition, laboratoire de recherche en biologie végétale, la nouvelle station alpine Joseph Fourier s’ouvrira aux étudiants, chercheurs internationaux travaillant sur l’environnement alpin, et, touristes.

La galerie de l’Alpe est un bâtiment beau, sobre et contemporain pour faire échos au panorama somptueux.

Le jardin botanique a maintenu l’intérêt du public venu très nombreux pour cette assemblée générale un peu « extraordinaire ». Plus de 2 000 espèces végétales de montagne et des régions arctiques regardent la Meije.

La visite conduite par Maxime Rome, université Joseph Fourier et CNRS, posa les enjeux de cette implantation.

La Station alpine développe en effet un large éventail de thèmes scientifiques, en hiver comme en été. Ils concernent principalement les écosystèmes dans les Alpes et les adaptations des plantes en relation avec les changements globaux. Actuellement, des projets sont mis en place pour mieux appréhender les processus physiques et chimiques de l’atmosphère.

Le retour à l’hôtel des Glaciers fut suivi d’un moment de grande convivialité autour d’un cocktail dinatoire.

 

 

Assemblée générale | 9 juillet 2015

Powered by WordPress | Designed by: Virtual Server Hosting | Thanks to Best CD Rates, Wicked Eugene and Registry Booster Review